Meet: Camille Khalaghi, a Dev who shares his view on his role but also on the future

Dear readers,

It’s a brand new start that I am taking today!

Indeed, you had the opportunity to follow me (or not if you’re new here) on my old platform where I was sharing my path about learning how to code. In case you fancy a trip to memory lane, click here. Back to that time, I also started to write portrait-interviews about people evolving in the digital eco-system, from being a dev to working in digital marketing or e-commerce.
My aim is to now focus on this topic and only publish these portraits! I love reading them on other blogs and websites and they always satisfy my curiosity and will to know more, but moreover, I find them inspiring!

I really hope you will enjoy this new blog and do not hesitate to reach me out for discussion!

Now onto this interview-portrait!
I got the chance to meet Camille almost 16 months ago during a workshop where devs and people willing to learn code were invited to meet and start working together on simple cases. I always kept in touch with him and when I published a message asking if people were interested to be part of this “not that so new” project, he jumped on the occasion to share a bit more about the secret world of devs… I am joking but as a matter of fact, only few people know what their job consists in and misinformation is unfortunately quite common: no, a dev will not repair your computer even though they might have the knowledge for it, that’s not their role!

Chers lecteurs,

C’est un nouveau départ que je prends aujourd’hui!

En effet, vous avez eu l’opportunité de me suivre (ou pas si vous êtes nouvellement arrivé ici) sur mon ancienne plateforme où je partageais mon parcours d’apprentissage sur le code. Dans le cas où vous seriez nostalgique et aimeriez un petit retour en arrière, cliquez ici. A l’époque, j’avais déjà commencé à écrire des interviews-portrait à propos de personnes évoluant dans l’éco-système digital, cela allait du développeur au marketeur digital ou responsable e-commerce.
Mon but est de maintenant me concentrer sur ce sujet et d’uniquement publier ces portraits! J’adore les lire sur d’autres blogs et sites et ils satisfont toujours ma curiosité et volonté de toujours apprendre plus, mais par dessous tout, je les trouve inspirants!

J’espère de tout coeur que vous apprécierez ce nouveau blog et n’hésitez pas à me contacter pour entamer la discussion!

Parlons maintenant de ce portrait!
J’ai eu la chance de rencontrer Camille il y a à peu près un an et demi pendant un workshop où des développeurs venaient à la rencontre de personnes désireuses d’apprendre à coder et commençaient à travailler ensemble sur des cas simples. J’ai toujours gardé contact avec lui et quand j’ai publié un message demandant si des personnes étaient intéressées pour prendre part à ce “nouveau mais pas tant que ça” projet, il a tout de suite saisi l’opportunité pour partager un peu plus sur le monde secret des développeurs… Ceci est bien sûr une boutade mais communément parlant, peu de personnes savent en quoi consiste leur travail et malheureusmeent la mésinformation est assez commune: non, un développeur ne viendra pas réparer votre ordinateur même s’ils peuvent avoir la connaissance requise, ce n’est pas leur rôle!

CamilleKhalaghi
Camille Khalaghi

1. Camille, can you introduce yourself and tell us who you are …

First of all, I am someone who is totally normal, but also very curious, very lazy, and I really like comfort!
I quickly realised that society does not like people who do not have a lot of energy to give; especially if they manage to take advantage of others’ energy. So trusting the machines to spend energy for me has been a way for me to overcome this handicap. This was a rather successful bet.
At 8, I was caught in a fire, and if I had not woken up I would not be there.
It may not be very important to you, but it has conditioned my life and my career, and that is a big part of what defines me.
I realised that apart from being alive, in good health, without suffering (and the fact that my loved ones are in the same situation), nothing really matters.
Then: the time is sacred. When you have spent it, nothing and no one will be able to give it back to you. I will come back to it later.
In short, manipulating time and energy in order to bring us more comfort will be the main topics I would like to talk about and I suggest you discover them through my job and this interview.

2a. You are a developer. But what is a developer?

A developer is someone who writes cooking recipes for machines. In this way he/she tries to make the machines “autonomous”. I put quotation marks, because we mainly teach machines how to react when they receive certain orders or stimuli.

Specifically, I create web and mobile apps. I allow people to view their data and send orders remotely.
This can for example correspond to your banking application, the tax website or your Uber app. It can also be interacting with a video game or simulation, buying online, receiving notifications about important things, or even meeting people. Each of these actions, before the web, took at best several hours. Today it is only a few seconds.

I also do, like any devs, programs to process the data collected by these tools.
With 13 years of experience, I also learnt to design sustainable architectures, manage projects and (especially) teams.
Then I did a MBA at Epitech, because I also like to understand the needs of users and know how to synthesise market trends.

2b. How would you explain your job to a 4-year-old and your 90-year-old grandmother?

I make websites, apps, and I program machines.

3a. Do you have to be passionate to do your job?

No, it’s not the main quality anymore.

You have to be interested in this job, stay abreast of technologies, but not at the cost of your social life. It is more and more advisable to have a social life and to also be interested in something else.

That said, yes, there is still – in proportion – much more developers being single than single project managers (or other professions), but things tend to change, to normalise.
On the other hand, since the question asks this theme implicitly, it is not necessary either to be a genius to do what I do: loving to code (= to tell the machines what they must do) is enough. Training, experience and desire will do the rest. If you are not made for that (do not like coding), you will know it in less than a day.

The main quality is to have a certain logic of mind in order to synthesise processes and information in a sense that is not natural. This skill is not innate, it is forged with experience.

3b. What advice would you give to young people in computering school?

If I can afford a little message by the way: it is a wonderful job, with tolerant people… and well paid. We are looking for women to impulse a stronger mixity in this job, and you will be well received: we need you in this branch!

For those coming out of school, flee the people who exploit you (SSII, ESN, large companies, sectors corrupted by finance or people with excessive ego). These people or groups will generally treat you less well: your amount of work will never be satisfactory and they will always try to manipulate you and turn your brain. There are so many other sectors and more rewarding people (and less visible) who will welcome you with open arms that it is not worth to ask the question more than 5 minutes. If you are on probation period, it will cost you a maximum of a 2-day notice to compete and throw them away.

You will have the chance to work alongside any industry, any trade and any place in the world. You have the most beautiful, the most useful and the most profitable job; all sectors have and will need programmers. You will never have money issue, you will be able to satisfy your curiosity and you will live a very nice life… if however you do not forget to also remain humble and nice.

4a. What do you love in your job?

I did not tell you the whole truth before: my main job is to manipulate time.
Humans have spent most of their time trying to secure their livelihood (food, shelter, dressing, etc …). This at the expense of their life time, and without great results. This will soon be irrelevant thanks to the machines.
It is weird like that, but my job is to give machines the power to create consumer products so you do not have to. I want to initiate a revolution and give everyone the power to have their time as they wish, without having to think about their subsistence / material comfort.

When I create an app to manage your data and send orders, there are machines that respond to your requests, but it is people like me or my team who program them, who tell them what to do for each type of request. Then, they know how to work on their own: they answer you without needing us. I was born in 1980, and at that time, the least of these actions took at best several hours. You save a lot of your time.
Other teams have chosen to improve the productivity of each human, with more or less powerful tools. This is happening in all areas.

Some examples ?

Forestry :

Weaving :

Agriculture:

Other teams, my favourites, have chosen to mix tools and automation. This gives washing machines, automatic trucks, robotic arms, warehouse managers, etc …

At the time of the Roman Empire, in Rome, 50% of the population carried water. Today we have water pumps, everywhere, automated for a much better cost and result. Nobody at this time would have ever dared to imagine running water, and especially for that price! People like me are programming these water pumps.
Machines will sacrifice their productive time (which they do not care about) so that humans who had to work in their place could use their time for something else.
And as I told you, time is for me a divine thing: no one can produce it, and nobody in the world will be able to give you back your time once it is lost. This time has always been ruined. We are in a beautiful period where we can observe things reverse. I teach the machines to sacrifice their time so that your generation and the next ones do not have to do it massively to gain comfort.

4b. And you are not afraid for people’s job?

Machines can reduce production costs, and it is rather a blessing. The problem is not employment, but the distribution of wealth that has been produced.
If this redistribution does not take place, the system will seize up and this will lead to widespread rebellion.

If this redistribution takes place, the system will benefit greatly, no one will work by obligation. Nobody will miss anything, the money will disappear and we will finally be able to tackle issues that are really worth it – starting with the human.
My job is not to answer this question, but to do everything to make sure that everything goes well if people choose solution number 2.

5a. What do not you like about your job?

I quickly understood that slave was the most profitable job in the world… for the person who owns this slave (it was valid with humans, we are now talking about machines).
We, engineers, programmers, developers, do not own the machines, but we are the only ones who can talk to them, so they do their work without us. Without us, without complaining, 24 hours a day, 7 days a week, without stopping, without going on strike, without wanting to flee or to kill us.
And if you behave badly with us, you will not have anyone to talk to your machines. They will not listen to you, you will have to convince another developer. Needless to say, even if we are not always understood, we are always treated well. We have this chance.
As a result, there is not much I do not like about my job. It meets my vocation, gives me a lot of comfort and does not necessitate physical work. In addition, once the system is in place, I am paid to maintain it, and if I did my job well (and exaggerating somewhat), this task does not require me more than two hours per week: I go by and I look good. It gives me time for social life, thank you machines 🙂

5b. As I already asked Raphaël Luta and Damien Cavaillès, what would you like us to stop telling you about your job? (the famous stereotypes…)

Since Mark Zuckerberg, the media and people have stopped using massive stereotypes about my profession. Today it is the politics’ (and HR’s) turn.
First of all, anyone who is able to write a cooking recipe (i.e. everyone excepts the politics apparently) can code. From there, what is the purpose of using degrading stereotypes?
When I teach code to primary school pupils, everyone gets it. But 50% loves it and 50% hates it, there is never a neutral reaction.
Do some exercises and you will see right away if it is a right fit for you.

6. As for each participant, I leave you the sixth and final question as a platform. You can use it or not and share whatever you want with the readers!

I am going to address this joker to the head hunters, especially those with good will 🙂

The problem is that sourcing is a financialised industry from the beginning. And finance can go (and will) against the interest of its interlocutors if it goes in its direction.
For example, as a Technical Director, I sometimes received candidates who did not know how to do a simple first year exercise. I recruit people who can talk to machines. If you do not know how to ask a machine to add, you are not trained enough.
I am not mad at the candidate, but the fact that he/she was “selected” by someone who never coded a line of code of his/her life, and who never checked anything before sending them to me. From a general recruiting company I could understand it, not from a specialised IT company … and certainly not at that price.
As a candidate, no one has ever been able to explain to me the interest of a project for which he/she asks me to apply. When I ask him/her what is the project going to be for theusers he/she reads me the post card: “php-symfony-memcached …”. As a candidate, I need to be able to project myself into a project before saying “yes”. The sourcing companies are not trained for that, but it is a promise they make to you.

The problem of the financialisation of this sector is that everything is reduced to the most basic (and charged at the most expensive): “there are projects that need developers and there are developers, let’s get together and take our share and if sometimes they are not compatible, we will force a little bit, so let’s make as many contracts as possible and a maximum of money on a maximum of mass.”
The problem is that no one puts a sewer engineer to design a plane. It will not work well. This principle also applies to the IT sector: do you want your banking app to send erroneous orders? What will your reaction be when water or telephony is no longer available? Start of answer here :

In short, whether as a team leader or as a candidate, I have always been disappointed with recruiters who are not interested in the job or people. Fortunately, some people manage to play their cards right, and they are great people who are changing this business!

To be continued in the next episode, Amélie X

pexels-photo-177598.jpeg
Computer with two screens full of code lines

1. Camille, peux-tu te présenter et nous dire qui tu es…

Je suis tout d’abord quelqu’un de normal, mais aussi très curieux, très flemmard, et j’aime beaucoup le confort !
Je me suis vite aperçu que la société n’aime pas beaucoup les personnes qui n’ont pas beaucoup d’énergie à donner; surtout si elles se débrouillent pour profiter de celle des autres. Alors faire confiance aux machine pour dépenser de l’énergie à ma place a été pour moi un moyen de passer au dessus de ce handicap. Cela a été plutôt réussi comme pari.
À 8 ans, j’ai été pris dans un incendie, et si je ne m’étais pas réveillé je ne serais sûrement pas là.
Cela n’est peut être pas très important pour vous, mais cela a conditionné ma vie et ma carrière, et c’est une grande partie de ce qui me définit.

Je me suis aperçu qu’à part le fait d’être vivant, en bonne santé, sans souffrance (et le fait que mes proches soient dans la même situation), rien n’est vraiment grave.
Ensuite : le temps est sacré. Quand vous l’avez dépensé, rien ni personne ne pourra vous le redonner. J’y reviendrai par la suite.

Bref, manipuler le temps et l’énergie dans le but de nous apporter plus de confort seront les grands sujets dont j’aimerais que l’on parle et je vous propose de les découvrir à travers mon métier et cette interview.

2a. Tu es développeur. Mais qu’est-ce qu’un développeur en fait?

Un développeur est quelqu’un qui écrit des recettes de cuisine à l’intention des machines. Il essaie par ce moyen de rendre les machines “autonomes”. Je mets des guillemets, parce qu’on apprend surtout aux machines à savoir comment réagir quand elles reçoivent certains ordres ou stimulis .
Concrètement, je crée des applis web et mobile. Je permets aux gens de consulter leur données et d’envoyer des ordres à distance.
Cela peut par exemple correspondre à votre application bancaire, le site des impôts ou votre appli Uber. Cela peut aussi être le fait d’interagir avec un jeu vidéo ou une simulation, acheter en ligne, recevoir des notifications sur les choses importantes ou même rencontrer des gens. Chacune de ces actions, avant le web, prenait au mieux plusieurs heures. Aujourd’hui, c’est quelques secondes.
Je fais aussi, comme tout dev, des programmes pour traiter les données collectées par ces outils.

Avec 13 ans d’expérience, j’ai aussi appris a concevoir des architectures pérennes, gérer des projets et (surtout) des équipes.
Ensuite, j’ai fait un MBA Epitech, parce que j’aime aussi comprendre les besoins des utilisateurs et savoir synthétiser les tendances des marchés.

2b. Comment expliquerais-tu ton métier à un enfant de 4 ans et à ta grand-mère de 90 ans?

Je fait des sites web, des applis, et je programme des machines.

3a. Faut-il être passionné pour faire ton métier ?

Non, ce n’est pas la qualité principale, plus maintenant.

Il faut bien sur s’intéresser à son métier, rester au fait des technologies, mais pas au prix de votre vie sociale. Il est d’ailleurs de plus en plus conseillé d’avoir une vie sociale et de s’intéresser aussi à autre chose.
Cela dit, oui, il y a encore – en proportion – bien plus de développeur.se.s célibataires que de chef.fe.s de projet célibataires (ou autre profession), mais les choses ont tendance à changer, à se normaliser.

Par ailleurs, puisque la question pose ce thème implicitement, il n’est pas nécessaire non plus d’être un génie pour faire ce que je fais: aimer coder (= dire aux machines ce qu’elles doivent faire) suffit. La formation, l’expérience et l’envie feront le reste. Si vous n’êtes pas fait pour ça (= n’aimez pas coder), vous le saurez en moins d’une journée.
La qualité principale est d’avoir une certaine logique d’esprit pour synthétiser les processus et informations dans un sens qui n’est pas naturel. Cette compétence n’est pas innée, elle se forge avec l’expérience.

3b. Quels conseils donnerais-tu aux jeunes en école informatique ?

Si je peux me permettre un petit message en passant : c’est un métier merveilleux, avec des personnes tolérantes… et bien payé. On recherche des femmes pour mixiser ce métier, et vous serez bien accueillies: on a besoin de vous dans cette branche !

Pour ceux qui sortent d’études, fuyez les personnes qui vous exploitent (SSII, ESN, grandes entreprises, secteurs corrompus par la finance ou personnes à l’ego démesuré). Ces personnes ou groupes vous traiteront en général moins bien : votre quantité de travail ne sera jamais satisfaisante et ils essaieront toujours de vous manipuler et de vous retourner le cerveau. Il y a tellement d’autres secteurs et personnes bien plus gratifiantes (et moins visibles) qui vous accueilleront à bras ouverts que cela ne vaut pas le coup de se poser la question plus de 5 minutes. Si vous êtes en période d’essai, cela vous coûtera au maximum 2 jours de préavis pour faire jouer la concurrence et les envoyer se faire pêtre.

Vous aurez la chance de pouvoir travailler aux côtés de n’importe quelle industrie, de n’importe quel métier et de n’importe quel endroit dans le monde. Vous avez le métier le plus beau, le plus utile et le plus rentable ; tous les secteurs ont et auront besoin de programmeurs. Vous n’aurez jamais de problème d’argent, vous pourrez à loisir satisfaire votre curiosité et vous vivrez une vie très sympa… si toutefois vous n’oubliez pas de rester vous aussi humble et sympa.

4a. Qu’adores-tu dans ton métier?

Je ne vous ai pas dit toute la vérité précédemment: mon métier profond est de manipuler le temps.

De tous temps, les humains ont passé la plupart de leur temps à essayer d’assurer leur subsistance matérielle (se nourrir, se loger, s’habiller, etc…). Cela au détriment de leur temps de vie, et sans grands résultats. Cela ne sera bientôt plus d’actualité grâce aux machines.
C’est bizarre dit comme cela, mais mon métier est de donner aux machines le pouvoir de créer des produits de consommation pour que vous, vous n’ayez plus à le faire. Je veux engager une révolution et donner a chacun le pouvoir de disposer de son temps comme il le souhaite, sans avoir à réfléchir à sa subsistance / confort matériel.

Quand je crée une app pour gérer vos données et envoyer des ordres, ce sont des machines qui répondent à vos demandes, mais ce sont des personnes comme moi ou mon équipe qui les programment, qui leur disent quoi faire pour chaque type de demande.

Ensuite, elles savent travailler toutes seules : elles vous répondent sans avoir besoin de nous. Je suis né en 1980, et à cette époque, la moindre de ces actions prenait au mieux plusieurs heures. Vous économisez donc une bonne partie de votre temps.

D’autres équipes ont choisi d’améliorer la productivité de chaque humain, grâce à des outils plus ou moins performants. Cela se passe dans tous les domaines. Quelques exemples ?

La foresterie :

Le tissage :

L’agriculture :

D’autres équipes encore, mes préférées, ont choisi de mêler les outils et l’automatisation. Cela donne les machines à laver, les camions automatiques, les bras robotisés, les gestionnaires d’entrepôt, etc…

Au temps de l’empire Romain, à Rome, 50% de la population portait de l’eau. Aujourd’hui on a des pompes à eau, partout, automatisées pour un coût et un résultat bien meilleur. Personne à cette époque n’aurait jamais osé imaginer avoir un jour l’eau courante, et surtout à ce prix-là ! Des personnes comme moi programment ces pompes à eau.
Les machines vont sacrifier leur temps productif (dont elle se foutent) pour que les humains qui devaient travailler à leur place puissent utiliser leur temps à autre chose.
Et comme je vous l’ai dit, le temps est pour moi une chose divine : personne ne peut en produire, et personne au monde ne pourra vous rendre votre temps perdu. Ce temps a de tout temps été gâché. Nous sommes dans une période magnifique où nous pouvons observer les choses s’inverser. J’apprends aux machines à sacrifier leur temps pour que votre génération et les suivantes n’aient plus à le faire massivement pour gagner en confort.

4b. Et tu n’as pas peur pour l’emploi des gens ?

Les machines permettent de diminuer les coûts de production, et c’est plutôt un bienfait. Le problème n’est pas l’emploi, mais la distribution des richesses produites.

Si cette redistribution n’a pas lieu, le système va se gripper et cela va conduire à la révolte généralisée.

Si cette redistribution a lieu, le système en profitera grandement, plus personne ne travaillera par obligation. Personne ne manquera de rien, l’argent va disparaître et on pourra enfin s’attaquer à des questions qui en valent vraiment la peine – à commencer par l’humain.

Mon travail n’est pas de répondre à cette question, mais de tout faire pour que tout se passe bien si les gens choisissent la solution numéro 2.

5a. Que n’aimes-tu pas dans ton métier ?

J’ai vite compris qu’esclave était le métier le plus rentable du monde… pour celui qui possède cet esclave (c’était valable avec les humains, nous parlons de machines).
Nous les ingénieurs, programmeurs, développeurs, ne possédons pas les machines, mais nous sommes les seuls a pouvoir leur parler, de manière à ce qu’elles fassent ensuite leur travail sans nous. Sans nous, sans se plaindre, 24h/24, 7j/7, sans s’arrêter, sans se mettre en grève, sans avoir envie de s’enfuir ou de nous trucider.
Et si vous vous comportez mal avec nous, vous n’aurez plus personne pour dialoguer avec vos machines. Elles ne vous écouterons pas, vous devrez convaincre un autre développeur. Inutile de vous dire que même si nous ne sommes pas toujours compris, nous sommes toujours biens traités. Nous avons cette chance.

De ce fait, il n’y a pas grand chose que je n’aime pas dans mon métier. Il répond à ma vocation, me donne beaucoup de confort et ne me demande pas de travail physique. De plus, une fois que le système est en place, on me paie pour le maintenir, et si j’ai bien fait mon travail (et en exagérant quelque peu), cette tâche ne me demande pas plus de deux heure par semaine : je passe et je regarde si tout va bien. Cela me laisse du temps pour la vie sociale, merci les machines 🙂

5b. Comme je l’avais déjà demandé à Raphaël Luta et Damien Cavaillès, qu’aimerais-tu que l’on arrête de te dire à propos de ton métier? (les fameux stéréotypes…)

Depuis Mark Zuckerberg, les médias et les gens ont arrété d’utiliser massivement des stéréotypes sur ma profession. C’est aujourd’hui au tour des politiques (et des RH).
Tout d’abord, tout ceux qui sont capables d’écrire une recette de cuisine (c.a.dire tout le monde sauf apparemment les politiques) peuvent coder. De là, à quoi bon y mettre des stéréotypes dégradants ?

Quand je fais coder des élèves de primaire, tout le monde y arrive. Par contre 50 % adorent et 50 % détestent, il n’y a jamais de réaction neutre.
Faites quelques exercices et vous verrez tout de suite si c’est fait pour vous ou pas.

6. Comme pour chaque participant, je te laisse la sixième et dernière question comme tribune. Tu peux l’utiliser ou non et partager avec les lecteurs ce que tu désires!

Je vais adresser ce joker aux sourceurs, en particulier ceux de bonne volonté 🙂

Le problème est que le sourcing est une industrie financiarisée, et ce dès le début. Et la finance peut aller (et ira) à l’encontre de l’intérêt de ses interlocuteurs si cela va dans son sens.

Par exemple, en tant que Directeur Technique, j’ai parfois reçu des candidats qui ne savaient pas accomplir un exercice simple de première année. Je recrute des gens qui savent parler aux machines. Si vous ne savez pas demander à une machine de faire une addition, vous n’êtes pas assez formé.

Je n’en veux pas au candidat, mais au fait qu’il ait été “sélectionné” par une personne qui n’a jamais codé une ligne de code de sa vie, et qui n’a jamais rien vérifié avant de me l’envoyer. De la part d’une société de recrutement généraliste je pourrais le comprendre, pas d’une société spécialisée IT… et certainement pas à ce prix là.
En tant que candidat, aucun sourceur n’a jamais pu jamais pu m’expliquer l’intérêt d’un projet pour lequel il/elle me demande de postuler. Quand je lui demande à quoi va servir ce projet pour ses utilisateurs il/elle me relit la fiche de poste: “php-symfony-memcached…”. En tant que candidat, j’ai besoin de pouvoir me projeter dans un projet avant de dire “oui”. Les société de sourcing ne sont pas formées à cela, mais c’est pourtant une promesse qu’ils vous énoncent.

Le problème de la financiarisation de ce secteur est que tout est réduit au plus basique (et facturé au plus cher) : “il y’a des projets qui ont besoin de développeurs et il y a des développeurs. Mettons les ensemble et prenons notre part. Et si parfois ils ne sont pas compatibles, on forcera un peu. De là, faisons le plus de contrats possibles et un maximum d’argent sur un maximum de masse.”
Le problème est que l’on ne met pas un ingénieur “égouts” pour concevoir un avion. Cela ne marchera pas bien. Ce principe s’applique aussi au secteur informatique : voulez-vous que votre appli bancaire envoie des ordres erronés ? Quelle sera votre réaction lorsque que l’eau ou la téléphonie ne seront plus disponibles ? Voici un début de réponse :

Bref, que ce soit en tant que chef d’équipe ou en tant que candidat, j’ai toujours été déçu des recruteurs qui ne s’intéressent ni au métier ni aux personnes. Heureusement, certains arrivent a tirer de manière très intelligente leur épingle du jeu, et ce sont des personnes formidables qui font évoluer ce métier!

La suite au prochain épisode, Amélie X

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: