Meet: Alexia Moity, a Digital School Director helping her students find their own path

Dear readers,

I have not talked to you in a while and I am very sorry about this… But here we are with a new interview-portrait of Alexia Moity, Director of ECV Digital.
Once again and thanks to social media I met Alexia on Twitter (@Alexiamoity), and as her story was totally matching the tone of the blog, I decided I wanted to know more about how teaching digital was managed today.
You can now discover her approach about how she guides her students by scrolling down.

I wish you a good read, a sunny summer and we will see each others when ‘Back to School’ period kicks off!

Amélie

Chers lecteurs,

Vous ne m’avez pas vue pendant un petit moment et j’en suis réellement désolée… Mais me voici de retour avec un nouvel interview-portrait d’Alexia Moity, Directrice de l’ECV Digital.
Encore une fois et toujours grâce aux réseaux sociaux j’ai rencontré Alexia sur Twitter (@Alexiamoity), et comme son histoire était en ligne avec le ton du blog, j’ai décidé d’en savoir un peu plus.
Vous pouvez dès à présent découvrir son approche sur l’accompagnement de ses étudiants dans l’apprentissage des métiers du digitaux.

Je vous souhaite une bonne lecture, un très joli été et nous nous retrouverons à la rentrée!

Amélie

Alexia Moity
Alexia Moity, Directrice de l’ECV Digital

1. Alexia, can you introduce yourself and tell us who you are…

Nice to meet you, Alexia Moity, Director of a school I created 4 years ago: ECV Digital. Do not get me wrong, I am not an entrepreneur, but rather an intrapreneur. I was able to give life to this beautiful project thanks to the ECV (School of Visual Communication), its directors trusted me and allowed me to create while having a framework, access to existing resources and especially the ability to communicate with counterparts. I take risks but not too much 😉

2. The ECV Digital is a new school specialising in digital roles training.

2a. Why was this school created? Was there a need in the market to which the offer did not respond?

Digital is THE growing sector these last years and still has good days ahead. Businesses all need to integrate these new skills to help them transform or evolve.
Unfortunately, these profiles are not as abundant as the demand. I was myself confronted with this problem when I was in a com agency: “how to hire specialists of a subject that was born yesterday…”
Several trainings had already emerged, but I feel that with the ECV I hold the right equation: a positioning that mixes creativity & user centricity and especially very demanding directors on the quality of their trainings.
What has the most resonated for me and made me jump in the adventure is this requirement. Finally, a school that is obsessed with the level of education it provides to its students, more than the number of students it counts.

2b. What attracted you to this challenge?

What attracted me and what always thrills me is to have to train students to jobs we don’t know yet.

When students come to us in the first year, they will graduate 5 years later. However, the digital sector is not mature, it is constantly evolving. We have a clear vision of roles over the next 3 years, but in 5 years it becomes unclear.
The challenge is permanent, we can not rest on our achievements, we are permanently in R&D. And when we find a solution, it’s so exhilarating, knowing that it’s temporary …

3. Let’s talk about the profile of your students. I imagine they are multiple …

3a. How do you recruit them?

The diversity of the digital professions brings us to mix with very different profiles indeed. Humanly it is very rich.
We do not expect the same from a Web Designer, a Web Marketer, a UX Designer or even a Web Developer. The technical skills are obviously different, but even the human qualities, the personalities differ.
There is an admission process that identifies the profiles adapted to the training: records, interview and written test. Nothing is left to chance, everything counts. The decisive point, we are looking for students whose state of mind is digital: kindness, collaboration and sharing.

3b. And to communicate with them?

I make a point of honor to know all my students. It’s a challenge every autumn as it takes a little time to memorise 300 personalities, but for me it is essential to carry out my mission.
I try to be the most available and accessible for all. The door of my office is always open, I attend as much as possible their presentations and I look at their work.
I often take time to discuss with them about their daily life of students and especially about all the frustrations they may encounter.
I favour the real exchange face to face, digital is a precious help to remain effective but nothing beats the physical contact.

4. Still about your students and if you only had to choose one, what is the biggest challenge you face with them?

My main challenge is that every student finds his/her professional place. It’s the key to success.
A student who is in his/her place will necessarily be good, fulfilled, will want to learn more, curiosity will naturally grow, efforts will be gone, etc…
Digital is a huge sector that offers multiple opportunities. Firstly via the number of opportunities which is only growing, the sector of activity which can be any one, but also via the type of structure in which one can exercise: Startup, SME, Big company, agency, but also freelance or entrepreneur…
Some find their place quite quickly but others need to make detours and take their time. My role is to support them in this process.
Through experience, I can quickly find what will suit each one, but I can not impose the result. It is up to them to find it and appropriate it.
It is sometimes frustrating to see students turn around what may seem like obvious, but what a joy to see them lit up when they find. This is THE reward.

5. Do you have particular and/or original ways of approaching courses and topics in order to keep everyone’s attention and interest always at the maximum?

Keeping the attention of a student for 3 hours… it is a challenge. One of the solutions is to have no routine.
For example, we can regularly break the approach of courses: theory, debate, practical case, content distribution, individual work, then group.
But we also try to organise modules or some workshop with partners, such as Fab Lab or agencies that provide adapted premises but also specialists who will facilitate these special moments.
We found that the more the place is adapted to what we learn, the more receptive we are.

6. As for each participant, I leave you the sixth and ultimate question as a platform. You can use it or not and share with readers what you want…

Our frenetic pace, our need for permanent efficiency make many interpret life as a race, a competition.
I very often have this type of questions: what is the best training, the best job, the best company…
There is no best… there is what will suit you, which will make you feel good in your sneakers and you will flourish.
We are all different, our balance is composed of so many small things that vary from one to the other, how could we all fit in the same mould and have to take the same route?

Kindness. I would like to campaign in its favour.
To be kind is to rely on the positive to allow evolutions.
To be kind is to listen, to accompany to make it possible to concretise
To be kind is to adapt, to find the solutions that will allow us to achieve our goals.
Be kind, do not forget.

To be continued in the next episode, Amélie X

Remise_diplome17
Graduation of the ECV Digital Class of 2017

1. Alexia, peux-tu te présenter et nous dire qui tu es…

Enchantée, Alexia Moity, Directrice d’une école que j’ai créée il y a 4 ans : ECV Digital.
Ne vous méprenez pas, je ne suis pas une entrepreneuse, mais plutôt intra-preneuse.
J’ai pu donner vie à ce beau projet grâce à l’ECV (Ecole de Communication Visuelle), ses dirigeants m’ont fait confiance et m’ont permis de créer tout en ayant un cadre, accès à des ressources existantes et surtout de pouvoir communiquer avec des homologues.
Je prends des risques mais pas trop 😉

2. L’ECV Digital est une nouvelle école spécialisée dans l’apprentissage des métiers du digitaux.

2a. Pourquoi cette école a-t-elle été créée ? Existait-il un besoin sur le marché auquel l’offre ne répondait pas?

Le digital c’est LE secteur en pleine croissance depuis quelques années et qui a encore de beaux jours devant lui. Les entreprises ont toutes besoin d’intégrer ces nouvelles compétences pour les aider à se transformer ou à évoluer.
Malheureusement ces profils ne sont pas aussi abondants que la demande l’exige. J’ai été moi-même confrontée à ce problème lorsque j’étais en agence de com : “comment embaucher des spécialistes d’un sujet qui est né hier…”
Plusieurs formations avaient déjà vu le jour, mais j’ai l’impression qu’avec l’ECV je tiens la bonne équation : un positionnement qui mêle créativité et user centric et surtout des dirigeants très exigeants sur la qualité de leur formation.
Ce qui a le plus raisonné pour moi et ce qui m’a fait sauter le pas dans l’aventure, c’est cette exigence. Enfin une école qui est obsédé par le niveau de formation qu’elle délivre à ses étudiants, plus que par le nombre d’étudiants qu’elle compte.

2b. Qu’est-ce qui t’a attiré dans ce challenge ?

Ce qui m’a attiré et ce qui m’éclate toujours d’ailleurs, c’est de devoir former des étudiants à des métiers que l’on ne connaît pas encore.

Quand les étudiants arrivent chez nous en 1ère année, ils seront diplômés 5 ans plus tard. Or, le secteur du digital n’est pas mature, il évolue en permanence. Nous avons une vision assez claire des métiers sur les 3 ans à venir, mais à 5 ans ça devient flou.
La remise en question est permanente, on ne peut pas se reposer sur nos acquis, nous sommes en R&D en permanence. Et quand on trouve une solution, c’est tellement grisant, tout en sachant que c’est temporaire…

3. Parlons du profil de tes étudiants. J’imagine qu’ils sont multiples…

3a. Comment fais-tu pour les recruter ?

La diversité des métiers du digital nous amène à côtoyer des profils très très variés effectivement. Humainement c’est très riche.
On n’attend absolument pas la même chose d’un Web Designer, d’un Web Marketer, d’un UX Designer ou encore d’un Développeur web. Les compétences techniques sont évidemment différentes, mais même les qualités humaines, les personnalités diffèrent.
Il y a un processus d’admission qui permet d’identifier les profils adaptés aux formations : dossiers, entretien puis test écrit. Rien n’est laissé au hasard, tout compte. Le point déterminant, nous recherchons des étudiants dont l’état d’esprit correspond au digital : bienveillance, collaboration et partage.

3b. Et pour communiquer avec eux ?

Je mets un point d’honneur à connaître tous mes étudiants. C’est un challenge à chaque rentrée, mémoriser 300 personnalités ça prend un peu de temps, mais il me semble que c’est essentiel pour mener à bien ma mission.
J’essaie d’être la plus disponible et accessible pour tous. La porte de mon bureau est toujours ouverte, j’assiste le plus possible à leurs présentations et je regarde leurs travaux.
Je prends souvent du temps pour échanger avec eux sur leur quotidien d’étudiants et notamment toutes les frustrations qu’ils peuvent rencontrer.
Je privilégie l’échange réel en face à face, le digital est une aide précieuse pour rester efficace mais rien ne vaut le contact physique.

4. Toujours à propos de tes élèves et si tu ne devais en choisir qu’un, quel est le plus gros challenge auquel tu dois faire face avec eux ?

Mon challenge principal est que chaque étudiant trouve sa place professionnelle. C’est la clé du succès.
Un étudiant qui est à sa place sera forcément bon, il sera épanoui, aura envie d’en apprendre plus, la curiosité grandira naturellement, les efforts n’en seront plus, etc…
Le digital est un secteur immense qui offre de multiples opportunités. D’abord via le nombre de métiers qui ne fait que grandir, le secteur d’activité qui peut être n’importe lequel, mais aussi via le type de structure dans laquelle on peut exercer : Startup, PME, Grande entreprise, agence, mais aussi freelance ou entrepreneur, …
Certains trouvent leur place assez rapidement mais d’autres ont besoin de faire des détours et de prendre leur temps. Mon rôle est de les accompagner dans cette démarche.
A force d’expérience, j’arrive très rapidement à déceler ce qui conviendra à chacun, mais je ne peux pas leur imposer le résultat. C’est à eux de le trouver et de se l’approprier.
C’est parfois frustrant de voir des étudiants tourner autour de ce qui peut nous paraître comme une évidence, mais quel bonheur de les voir s’éclairer quand ils ont trouvé. C’est LA récompense.

5. Avez-vous des manières particulières et/ou originales d’aborder les cours et les sujets afin de garder la participation et l’intérêt de chacun toujours au maximum ?

Garder l’attention d’un étudiant pendant 3h… ça aussi c’est un défi. Une des solutions est de ne pas avoir de routine.
On peut par exemple casser le rythme du cours régulièrement : théorie, débat, cas pratique, diffusion de contenu, travail individuel, puis groupe.
Mais nous essayons aussi d’organiser des modules ou certains workshop chez des partenaires, comme des Fab Lab ou des agences qui mettent à disposition des locaux adaptés mais aussi des spécialistes qui animeront ces moments particuliers.
Nous avons constaté que plus le lieu est adapté à ce que l’on apprend, plus nous sommes réceptifs.

6. Comme pour chaque participant, je te laisse la sixième et dernière question comme tribune. Tu peux l’utiliser ou non et partager avec les lecteurs ce que tu désires…

Notre rythme effréné, notre besoin d’efficacité permanent font que beaucoup interprètent la vie comme une course, une compétition.
J’ai très souvent ce type de questions : quelle est la meilleure formation, le meilleur métier, la meilleure entreprise….
Il n’y a pas de meilleur… il y a ce qui vous conviendra à vous, ce qui vous fera vous sentir bien dans vos baskets et vous permettra de vous épanouir.
Nous sommes tous différents, notre équilibre est composé de tellement de petites choses qui varient de l’un à l’autre, comment pourrions nous tous rentrer dans le même moule et devoir prendre la même route ?

La Bienveillance. J’aimerai milité en sa faveur.
Être bienveillant c’est s’appuyer sur le positif pour permettre les évolutions.
Être bienveillant c’est écouter, accompagner pour permettre de concrétiser
Être bienveillant c’est s’adapter, trouver les solutions qui permettront d’atteindre nos objectifs.
Soyez bienveillants, n’oubliez pas.

La suite au prochain épisode, Amélie X

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: